Lagarde : responsable mais pas coupable ?

C’était déjà la Cour de Justice de la République, cette juridiction improbable qui donne l’impression qu’on juge les ministres. En démocratie, l’apparence est fondamentale. Georgina Dufoix, alors mise en cause dans l’affaire du sang contaminé, mais finalement relaxée, disait se sentir profondément responsable mais, pour autant, ne pas se sentir coupable. Elle ne serait donc ni l’un ni l’autre, ce qui tombe bien car, en droit pénal du moins, un responsable (de respondere : répondre) est inéluctablement un coupable (de culpa : faute).

Il existe d’autres couples que le droit pénal n’aime pas dissocier, comme celui de la condamnation et de la peine. C’est naturel : le droit pénal étant exceptionnel, son recours ne se justifie que dans des situations d’une extrême gravité qui impliquent qu’une peine soit alors la seule sanction adaptée. A quoi bon, dès lors, user du droit pénal pour ne pas prononcer une peine ? Moins que tout autre, ce droit ne doit être galvaudé.

Ce qui ne signifie pas qu’il est inconcevable d’exempter ou de dispenser une personne condamnée pénalement d’une peine. Mais cela doit s’expliquer par un impératif supérieur : permettre d’éviter la réalisation d’une infraction grave et, le cas échéant, d’en identifier les auteurs ou complices (art. 132-78, al. 1er, c. pén.) ; constater que la punition a déjà eu lieu, parce que le reclassement du coupable est acquis, le dommage causé a été réparé et le trouble résultant de l’infraction a cessé (art. 132-59 c. pén.).

Christine Lagarde a donc bénéficié d’une dispense de peine, dans une affaire pour laquelle on se demande si le dommage a bien été réparé et si le trouble résultant de l’infraction a effectivement cessé… Sa condamnation, au surplus, ne sera pas mentionnée au casier judiciaire. On se demande alors ce qu’il en reste, en un temps où le flux d’informations nous conduit, chaque jour, à faire table rase de la veille.

Le professeur Claude Lombois disait de la peine qu’elle fait mal et qu’elle fait honte. Le mal fait à une personne étant de plus en plus difficile à justifier, fût-ce pour la punir (Foucault l’a magistralement démontré), du moins dans ces situations où l’on n’a pas l’impression d’être confronté à une personne dangereuse (mais qu’est-ce que la dangerosité ?), ne restait, sans doute, que la honte, aujourd’hui plus attachée à la condamnation qu’à la peine (on ne marque plus les condamnés).

Madame Lagarde a-t-elle honte ? Corrélativement, ne voterons-nous pas pour elle pour autant, comme nous l’avons fait, naguère, pour tous ces politiques condamnés ? N’était-il pas envisageable de l’empêcher d’exercer les fonctions, au moins provisoirement, durant lesquelles, par lesquelles elle a fauté ?

A quoi bon tout cela ? Quand il n’y a plus, ni punition, ni même apparence ou simplement symbole, à quoi sert la justice ? A quoi sert la Cour de Justice de la République ?

Les Français et les chiffres.

Les Français seraient nuls en maths, ce que nous apprennent… des statistiques. N’oublions pas que les dictées nous avaient déjà révélé qu’ils étaient aussi nuls… en français. Si l’on ajoute que, par essence, le Français est nul en langues et en géographie, on se dit qu’il ne reste guère que l’histoire pour se rassurer. Après tout, ne nous dit-elle pas que la France a été grande – quand tout le monde savait compter, écrire etc. ?

Trève de bêtises. Le seul problème, dans tout cela, est sans doute que ceux qu’ « on » – qui est un con – présente un peu vite comme ceux qui savent mieux compter, mieux parler, mieux penser etc. assènent leurs vérités à longueur de sondages qui, piochant parmi cent Français représentatifs, donc mauvais en maths, français etc., sont censés nous révéler tous ; et, tel un enseignant lisant son powerpoint, autant dire le degré zéro de la pédagogie, le directeur de l’institut ayant généré les petits camemberts, de nous livrer une analyse qui se contente de constater ce que, face auxdits dessins, un étudiant de maternelle –  nul en maths, français etc. – ferait aussi bien.

Quel bonheur, en un sens, de voir que des personnes votent contre ceux pour qui ils étaient censés voter, en vertu des sondages. Quel fatalisme, en revanche, que de voir producteurs et consommateurs de sondages, réunis au sein de ce que l’on nomme aujourd’hui les « médias », ne rien remettre en cause de leurs pratiques ; et de continuer d’assurer qu’ils ne font que médiatiser ce que les Français – nuls etc. – sont et pensent, sans jamais les influencer. Car, bien entendu, savoir ce que les autres pensent ne nous a jamais influencés dans nos propres choix…

A la fin, c’est qui les nuls ?

Expression et appel à l’expression

La Faculté de droit de Tours organise, le jeudi 22 janvier de 17h à 19h (amphi D), une conférence-débat pour donner quelques éclairages juridiques sur les attentats à Charlie Hebdo. Après quelques mots des intervenants sur Charlie, la liberté, les procès et la parole, il s’agira surtout d’échanger !

Toute personne sera la bienvenue, quels que soient son origine, son sexe, sa situation de famille, sa grossesse, son apparence physique, son patronyme, son lieu de résidence, son état de santé, son handicap, ses caractéristiques génétiques, ses moeurs, son orientation ou identité sexuelle, son âge, ses opinions politiques, ses activités syndicales et son appartenance ou sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée (comp. art. 225-1 CP).

Permission de caricaturer les intervenants !

Conférence-débat Je suis Charlie

Liberté, Égalité, Fraternité : Charlie, défends-nous !

Liberté, Égalité, Fraternité (avec les majuscules) : on ne pourrait sans doute pas mieux commencer à s’exprimer à propos du Droit et de la Justice dans la société française si, dramatiquement, ce n’était pas seulement à la suite d’un attentat innommable à ces trois grands piliers et à ces deux grandes valeurs de notre société qu’on le faisait. Nulle prescription n’effacera jamais le souvenir de ces faits : au cours d’une même entreprise fanatique, trois fous furieux ont répandu, en France, le sang de presque vingt êtres humains.

Faisant cela, ces « cons » – rendons à Charlie ce qui appartient à Charlie, même si ce journal est décidément trop modéré ! – ont involontairement mêlé ce qu’ils souhaitaient séparer : le sang d’athées, de musulmans et de juifs, peut-être même de catholiques et d’agnostiques ; le sang de quidams et de personnalités ; le sang de combattants et de pacifistes ; le sang de dessinateurs, de policiers et de citoyens ; le sang de Français. Bref ces « fous » – le mot est un peu plus juste, bien que pas encore assez fort – ont donné corps à ce qu’ils haïssaient : la Laïcité qui, parce qu’elle nous lie tous et chacun, résiste à tout, même au plus odieux de tous les crimes. Le prix de cette démonstration de la puissance du lien entre les Français et, au-delà, entre les êtres humains, est beaucoup trop élevé pour qu’on se félicite de telle manifestation de force. Mais comment ne pas être profondément ému par la renaissance, serait-elle ponctuelle, de la Fraternité ?

Tous Frères, nous sommes bien sûr égaux, au moins dans la peine. Espérons que cette égalité si intime, l’Égalité avec majuscule, aura vocation à se diffuser et à supplanter, parfois, cette égalité géométrique dont on se contente, qui ne permet que de traiter de façon similaire ceux qui sont dans une situation similaire. Dans une société individualiste, au sein de laquelle la différence devient presque un droit, on a vite fait de discerner les limites d’une telle règle.

Il faut alors combattre, au sens noble du terme cette fois, ce qu’autorise la Liberté, celle de s’exprimer essentiellement. Le besoin d’expression est têtu ; ce n’est pas pour rien qu’il s’adosse à une liberté !

Exprimer est d’abord une nécessité : pour combattre, il faut nommer, même l’innommable. Terrorisme, terroristes, pourquoi pas ? Leur soif de sang est terrifiante. Nihilistes peut-être : quand on croit à la mort plus qu’à la vie, croit-on encore en quelque chose ? Meurtriers c’est certain, au plus haut degré du terme, qui ne doit cependant pas conduire à les tuer légalement. La proportion, la modération et le caractère sacré de la vie, sont précisément ce qui font de nous des humains et des frères, et des États des refuges et des jardins.

L’expression permet ensuite de transmettre et, partant, de ne pas oublier : ne pas oublier que la Presse, la vraie, celle qui ose, est la chienne de garde la démocratie ; que le Rire est le propre de l’homme ; que les Policiers, simples êtres de chair et de sang, sont nos boucliers ; que les Agents d’entretien ou les Employés d’une supérette n’ont pas moins de courage et de dignité que les autres ; que croire, ne pas croire ou croire différemment ne fait pas de nous des êtres différents.

Pleurer, rire, rire, pleurer, ce que beaucoup d’entre nous ne cessent de faire depuis quelques jours, c’est s’exprimer, fût-ce de façon paradoxale. Ce paradoxe est celui de cette chose absurde : avoir fait du mal à ceux qui nous faisaient du bien. Je ne suis pas Charlie, mais j’aimais, j’aime et j’aimerai Charlie !

707192-une-charlie-png.jpg