Les juristes et les chiffres

Place au règne des statistiques ! À l’ère des ordinateurs, qui ne sont finalement que de grosses calculettes, les économistes sont rois. Ces pythies modernes font de phénomènes humains, donc inconstants et imprévisibles, des évidences, que tous ou presque utilisent pour fonder leur point de vue et légitimer leur action. « Point de vue » et « action » au singulier, car dans le monde des chiffres, il n’y a pas de place pour le pluralisme.

Les juristes, comme les autres, semblent sacrifier à l’idole post-moderne. Eux qui, pourtant, ne devraient jamais oublier que, dans l’humain, dans soi comme dans l’autre, tout est perfectible, dissimulé, lointain, inatteignable. Eux qui savent qu’à une interprétation, autrement dit une recherche de sens, répond toujours, au moins, une autre interprétation.

Quelle tristesse, en conséquence, que de voir les statistiques et les quantités (d’argent, de temps) justifier une sélection à l’entrée de l’Université à laquelle on fait perdre, de la sorte, son universalité. Dans l’anonymat du nombre, celui – ceux en réalité – qui affirme précisément son individualité, sa différence, en rejetant/refusant les modèles se verra fermer la porte d’une institution qui, seule peut-être, lui aurait permis de se révéler, de s’exprimer. Devons-nous faire le deuil de ces cancres d’hier qui, tels Daniel Pennac, sont devenus les plus formidables des pédagogues (v. Chagrin d’école) ? Car quel meilleur chemin vers l’enseignement que la compréhension de ceux qui ont le plus besoin de cet enseignement ? Quel plus bel enseignement que celui qui se destine à l’élève qui n’a pas encore compris ?

Sélectionner qui ? Les meilleurs, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas besoin de nous ? Ou les autres, tous les autres, ceux qui, inversement, ne peuvent réussir qu’avec nous ? Laissons la sélection à ceux qui recherchent la facilité ; continuons à nous occuper de tous les autres, avec ce noble objectif d’ouvrir le plus d’êtres possible au monde qui les entoure.

Tout va-t-il bien à l’Université ? Non. Peu de moyens pour beaucoup de monde et de travail. Des améliorations sont-elles concevables ? Sans aucun doute. Se limitent-elles à ces raisonnements bêtes d’économistes qu’avec plus d’argent et moins d’étudiants, nous ferions mieux ? Je ne crois pas.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.