Pédagogie : si le mieux était l’ennemi du bien ?

La mode est à l’« innovation pédagogique », et pas seulement à Sciences Po. On récompense même les innovants par des crédits d’heures : pour former mieux, former moins ; dont acte !

Et l’autre mode est à l’évaluation, et pas seulement à Sciences Po. Pour l’instant, en revanche, on ne récompense ni ne sanctionne personne, pas même ne décerne-ton le prix du professeur le plus sympa de l’année (dommage !).

La pédagogie, même figée dans un vieux pot informe, demeure en mouvement perpétuel. Les vrais pédagogues, en effet, ne font jamais le même cours d’une année à une autre. Ils sont, en ce sens, capables de s’auto-évaluer (dans les deux sens : de façons autonome et automatique) et, en conséquence, de modifier d’une année sur l’autre ce qui n’a pas fonctionné l’année précédente (je n’ai, hélas, jamais rien appris dans une évaluation me concernant).

Est-ce dire qu’il n’y a rien à faire d’autres que des cours magistraux face à des foules d’étudiants ?

Non, sans doute, mais la solution n’est certainement pas le powerpoint qui empêche le professeur de réfléchir à la tournure de ses phrases et l’étudiant de réfléchir auxdites phrases qu’il vient d’entendre (quitte à ce dernier se dise qu’il n’a pas compris et qu’il essaye de le faire par ailleurs). Le premier offre au second une image de raisonnement vite ingurgitée et jamais digérée. Je vous laisse imaginer l’issue…

La pédagogie inversée, autre solution miracle, ne fonctionne qu’avec ceux qui jouent le jeu, c’est-à-dire pas tout le monde.

Reste une solution, que je favorise, d’ouvrir le champ des possibles en permettant à ceux qui le souhaitent d’« aller plus loin » (pour reprendre l’expression de Carbonnier), par un enrichissement (mais pas un empilement non plus) de la base documentaire offerte aux étudiants, tout en continuant à offrir aux autres un cours classique.

À mon sens, il y a déjà là une avancée considérable par rapport à un travail purement personnel de l’étudiant car, à notre époque de surinformation, l’un de nos nouveaux rôles pédagogiques est, sans nul doute, de sélectionner les informations les plus pertinentes.

De plus, je reste convaincu qu’à l’Université, la liberté demeure le principe, qui implique de faire grandir l’étudiant, de le responsabiliser, en lui apprenant à se débrouiller seul, donc en ne lui mâchant pas tout le travail.

Hélas, cette méthode, dans laquelle s’insère la distribution du cours dès le début, au fur et à mesure ou à la fin du semestre, vide les amphithéâtres, comme si un cours se résumait à ce qui est écrit dans un fascicule.

À l’époque où j’étais étudiant, je notais surtout ce que l’enseignant disait quand il ne dictait plus : citations, anecdotes, exemples etc. Autant de choses dont je me disais qu’il faisait la véritable valeur ajoutée du cours. Tout cela ne figure pas dans les fascicules, même les mieux faits. Je suis toujours étonné, lorsque cessent les cliquetis des claviers, de voir autant de yeux levés au Ciel (vers le père éternel ?) et de bouches grandes ouvertes.

Étudiants, venez en cours. C’est le dernier endroit où l’on réfléchit, où l’on apprend (quel vieux con je suis déjà !).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *