Liberté, Égalité, Fraternité : Charlie, défends-nous !

Liberté, Égalité, Fraternité (avec les majuscules) : on ne pourrait sans doute pas mieux commencer à s’exprimer à propos du Droit et de la Justice dans la société française si, dramatiquement, ce n’était pas seulement à la suite d’un attentat innommable à ces trois grands piliers et à ces deux grandes valeurs de notre société qu’on le faisait. Nulle prescription n’effacera jamais le souvenir de ces faits : au cours d’une même entreprise fanatique, trois fous furieux ont répandu, en France, le sang de presque vingt êtres humains.

Faisant cela, ces « cons » – rendons à Charlie ce qui appartient à Charlie, même si ce journal est décidément trop modéré ! – ont involontairement mêlé ce qu’ils souhaitaient séparer : le sang d’athées, de musulmans et de juifs, peut-être même de catholiques et d’agnostiques ; le sang de quidams et de personnalités ; le sang de combattants et de pacifistes ; le sang de dessinateurs, de policiers et de citoyens ; le sang de Français. Bref ces « fous » – le mot est un peu plus juste, bien que pas encore assez fort – ont donné corps à ce qu’ils haïssaient : la Laïcité qui, parce qu’elle nous lie tous et chacun, résiste à tout, même au plus odieux de tous les crimes. Le prix de cette démonstration de la puissance du lien entre les Français et, au-delà, entre les êtres humains, est beaucoup trop élevé pour qu’on se félicite de telle manifestation de force. Mais comment ne pas être profondément ému par la renaissance, serait-elle ponctuelle, de la Fraternité ?

Tous Frères, nous sommes bien sûr égaux, au moins dans la peine. Espérons que cette égalité si intime, l’Égalité avec majuscule, aura vocation à se diffuser et à supplanter, parfois, cette égalité géométrique dont on se contente, qui ne permet que de traiter de façon similaire ceux qui sont dans une situation similaire. Dans une société individualiste, au sein de laquelle la différence devient presque un droit, on a vite fait de discerner les limites d’une telle règle.

Il faut alors combattre, au sens noble du terme cette fois, ce qu’autorise la Liberté, celle de s’exprimer essentiellement. Le besoin d’expression est têtu ; ce n’est pas pour rien qu’il s’adosse à une liberté !

Exprimer est d’abord une nécessité : pour combattre, il faut nommer, même l’innommable. Terrorisme, terroristes, pourquoi pas ? Leur soif de sang est terrifiante. Nihilistes peut-être : quand on croit à la mort plus qu’à la vie, croit-on encore en quelque chose ? Meurtriers c’est certain, au plus haut degré du terme, qui ne doit cependant pas conduire à les tuer légalement. La proportion, la modération et le caractère sacré de la vie, sont précisément ce qui font de nous des humains et des frères, et des États des refuges et des jardins.

L’expression permet ensuite de transmettre et, partant, de ne pas oublier : ne pas oublier que la Presse, la vraie, celle qui ose, est la chienne de garde la démocratie ; que le Rire est le propre de l’homme ; que les Policiers, simples êtres de chair et de sang, sont nos boucliers ; que les Agents d’entretien ou les Employés d’une supérette n’ont pas moins de courage et de dignité que les autres ; que croire, ne pas croire ou croire différemment ne fait pas de nous des êtres différents.

Pleurer, rire, rire, pleurer, ce que beaucoup d’entre nous ne cessent de faire depuis quelques jours, c’est s’exprimer, fût-ce de façon paradoxale. Ce paradoxe est celui de cette chose absurde : avoir fait du mal à ceux qui nous faisaient du bien. Je ne suis pas Charlie, mais j’aimais, j’aime et j’aimerai Charlie !

707192-une-charlie-png.jpg