Les Français et les chiffres.

Les Français seraient nuls en maths, ce que nous apprennent… des statistiques. N’oublions pas que les dictées nous avaient déjà révélé qu’ils étaient aussi nuls… en français. Si l’on ajoute que, par essence, le Français est nul en langues et en géographie, on se dit qu’il ne reste guère que l’histoire pour se rassurer. Après tout, ne nous dit-elle pas que la France a été grande – quand tout le monde savait compter, écrire etc. ?

Trève de bêtises. Le seul problème, dans tout cela, est sans doute que ceux qu’ « on » – qui est un con – présente un peu vite comme ceux qui savent mieux compter, mieux parler, mieux penser etc. assènent leurs vérités à longueur de sondages qui, piochant parmi cent Français représentatifs, donc mauvais en maths, français etc., sont censés nous révéler tous ; et, tel un enseignant lisant son powerpoint, autant dire le degré zéro de la pédagogie, le directeur de l’institut ayant généré les petits camemberts, de nous livrer une analyse qui se contente de constater ce que, face auxdits dessins, un étudiant de maternelle –  nul en maths, français etc. – ferait aussi bien.

Quel bonheur, en un sens, de voir que des personnes votent contre ceux pour qui ils étaient censés voter, en vertu des sondages. Quel fatalisme, en revanche, que de voir producteurs et consommateurs de sondages, réunis au sein de ce que l’on nomme aujourd’hui les « médias », ne rien remettre en cause de leurs pratiques ; et de continuer d’assurer qu’ils ne font que médiatiser ce que les Français – nuls etc. – sont et pensent, sans jamais les influencer. Car, bien entendu, savoir ce que les autres pensent ne nous a jamais influencés dans nos propres choix…

A la fin, c’est qui les nuls ?