Université : entrer par la porte de devant, la fenêtre ou la porte de derrière ?

La saison des recrutements débute ; et c’est, au surplus(se : comme on prononce à Toulouse) année d’agrégation. Il y a beaucoup de postes et peu de qualifiés. Y a pire : cela pourrait être l’inverse ; je l’ai connu. Quand tout le monde ou presque est content, la critique est peu audible. Ce n’est que lorsque beaucoup se retrouvent bloqués sur le seuil qu’ils demandent alors des comptes, ce qui, en l’occurrence, prend la forme de « rapports ». On peut tout justifier ou presque dans un « rapport » (un peu comme dans un réquisitoire ou dans des plaidoiries), du moins lorsqu’on se donne la peine de bien le faire. Et le rapporteur ou, plus exactement, les deux rapporteurs, deviennent dieux et maîtres du destin de celui ou celle sur lequel/laquelle ils rapportent.

L’impression est étrange pour un candidat : pour peu qu’il accède déjà à l’audition ou la leçon, il parle à tous (on lui a conseillé de le faire), mais sent bien qu’il n’intéresse qu’un ou deux. Et pour cause : les autres n’y comprennent rien. Comment faire autrement, avancent comités et jurys ? Trop de candidats, pas assez de collègues disponibles, pas assez de temps.

Oui, oui… Mais ne faudrait-il pas, en ce cas, encadrer davantage la rédaction de ces fameux rapports (qui ne sont d’ailleurs bien souvent rédigés qu’a posteriori, en cas de demande du candidat malheureux) ? Expérience personnelle de membre d’un comité : je rédige toujours TOUS mes rapports ; expérience personnelle de victime d’un comité : deux rapports sur mon dossier, rédigés en quelques minutes, menant deux raisonnements inverses et parvenant pourtant à la même conclusion, celle de ma non-audition…

Par ailleurs, et disons tout de suite que les contre-arguments seront les mêmes, quid de l’impartialité ? Je crois que tout candidat a vécu cette situation dans laquelle l’un a été privilégié parce qu’il était de telle université (la sienne) ou parce qu’il y avait dans le jury tel professeur (son directeur de thèse, un ami) ; tout candidat, oui, car soit il s’agissait précisément de lui, qui est passé devant les autres peut-être indûment, ou parce qu’il s’agissait d’un autre, qui est passé avant lui, peut-être tout aussi indûment.

Je suis lassé de tous ces collègues qui prétendent qu’il n’y a rien à faire contre cela, dans les jurys de thèse, au CNU, dans les comités de sélection ou dans les jurys d’agrégation. L’impartialité peut être assurée de bien des façons, d’abord en imposant un minimum : une incompatibilité, dans certaines situations où la neutralité s’avère impossible, en vertu de laquelle, par exemple, un directeur de thèse ne peut pas siéger dans un jury ou un comité qui va se prononcer sur l’un de ses docteurs.

Il faut un cadre pour toutes ces procédures, et non se contenter de faire confiance à la tradition ou la vertu des universitaires car, s’il existe des universitaires vertueux, il y a en d’autres qui ne le sont pas et il y a en plus encore qui, soumis ou faignants, laissent agir ceux qui ne le sont pas et ne sont pas, pour autant, bien intentionnés.

Le népotisme et l’autopromotion sont deux pratiques indignes d’un universitaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *