Transparence, non ; impartialité, oui !

L’explosion des médias et l’individualisme croissant – notamment – ont transformé la vilaine curiosité en lumineuse transparence. Il n’y a, désormais, que les idiots ou les égocentriques – c’est idem – pour croire que le mur qui protégeait leur vie privée tient encore, ce dont il ne faut sans aucun doute pas se féliciter. Mes pleurs seront néanmoins de pur principe au profit de ceux qui se rêvent (sur) hommes publics plus qu’ils ne s’assument (simples) hommes privés. Si on veut la gloire, on prend ce qui va avec et on ferme sa gueule.

Cela étant posé, j’avoue ne pas comprendre certains secrets et, surtout, certaines pratiques, telle celle d’autoriser une décision de la part d’une personne qui n’est pas suffisamment neutre. Sans doute n’est-il pas toujours simple de connaître les liens entretenus par untel avec untel, mais il n’est, en revanche, pas si compliqué de défaire ce qui a été fait lorsque lesdits liens apparaissent (untel et untel, trop timides, n’ayant pas cru bon de faire profiter les tiers de leur connivence ; c’est leur « petit secret »). Plus encore, dans des domaines où il existe suffisamment de personnes disponibles et compétentes – car leur absence générale est souvent le prétexte de leur présence individuelle : vous me suivez ? -, pourquoi ne pas éviter toute suspicion en demandant aux personnes concernées de se récuser ?

Vous me direz que tout cela existe déjà. En matière de Justice, oui, car le juge est, par essence, un tiers indépendant et impartial. Mais ailleurs : en politique ? Ou encore dans votre Université ? Ce jury d’agrégation, ce comité de sélection etc. ? Les seules raisons que j’ai constatées aux comités et jurys mal composés sont la tradition – expression paienne du sacré : nul ne la comprend, mais tout le monde y croit – et l’impossibilité – qu’il faudrait alors redéfinir car, à bien l’étudier, elle représente surtout un surplus de travail que les personnes concernées ne semblent pas pouvoir offrir ou imposer.

En revanche, j’avoue avoir, en deux domaines, une préférence pour la partialité. En matière pénale, le juge n’est pas tout à fait impartial, car il a un parti pris imposé par la loi : c’est l’innocence du mis en cause, qui est présumée – donc postulée. Et en matière de justice des mineurs, je regrette que le Conseil constitutionnel ait un peu terni cette grande idée que, dans l’intérêt des enfants, l’office du juge qui leur est consacré ne puisse pas toujours s’exercer de bout en bout.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *