A propos du style de la doctrine.

Par « doctrine », ce mot étrange, on entend ceux qui exposent, à l’oral ou à l’écrit, leurs idées sur le droit. Ayant eu, autrefois, l’occasion de nous y intéresser, nous y reviendrons sans doute. Mais disons tout de suite que nous utilisons ce mot plus par convention que par conviction. Outre qu’il apparaît trop abrupt, il désigne souvent comme une unité ce qui ne devrait demeurer que diversité : les opinions sur le droit.

Jean Rostand, le fils d’Edmond, disait que « travailler son style, c’est vouloir donner à croire qu’on a mieux pensé qu’on n’a fait ». A lire certains auteurs et, pour tout dire, la plupart des rapports de synthèse, du moins lorsqu’ils sont bien faits, on se dit qu’en effet, le style remplace parfois la pensée, ce qui n’en est pas moins vain. Lorsque connaissance et entendement sont en cause, et qu’il ne s’agit donc pas que de sensation, bref le droit n’étant pas la poésie, la beauté de la forme ne saurait compenser l’absence de fond.

Pour autant, était-il nécessaire de basculer dans l’excès inverse, comme semblent l’avoir fait beaucoup d’auteurs ? Une phrase, une idée, conseillent bien des directeurs de thèse à leurs doctorants ; de la simplicité, pas de polysémie etc. A la fin, trop souvent, on ne prend aucun plaisir à lire la doctrine. Est-ce cela l’écriture efficace impliquée par la science ? Travailler le droit implique-t-il le rejet de tout plaisir de lecture ?

L’idée gagne, pourtant, à être habillée, enrobée, enrubannée. A condition, bien sûr, de respecter les époques, les saisons, les modes, bref de ne pas l’habiller n’importe comment. Plus belle, l’idée circule mieux. Par ailleurs, la recherche du bon habit, autrement dit des bons mots, permet un autre gain : celui de la précision. Sans qu’il soit nécessaire, pour cela, d’inventer des mots, les néologismes étant souvent aussi laids qu’ils sont incompréhensibles.

L’idéal, en recherche comme en pédagogie, prend peut-être la forme d’une métaphore. La métaphore, en effet, ne se contente pas de convaincre par l’image qu’elle suscite. Elle épate aussi, et porte au coeur aussi bien qu’à la raison. C’est dire que rien n’interdit la poésie, même au sein de la sérieuse doctrine, puisqu’il s’agit toujours de convaincre, ce qui se fait par le beau aussi bien que par le vrai.

Pour ne prendre qu’un exemple (mais qui en a inspiré d’autres : Cornu et Lombois notamment), l’immense Carbonnier ne touchait pas toujours juste par ses analyses techniques. Mais que de vérité dans les nombreuses métaphores contenues par ses Thémis qui faisaient de ces ouvrages bien plus que des manuels de droit.

Comment mieux définir le bien qu’en constatant, comme l’a fait le grand auteur pour aller plus loin, que « le droit a recouvert le monde bariolé des choses d’un uniforme capuchon gris, la notion de bien, cette abstraction » ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *